Les enfants dans la Shoah

Avant-propos

Le progrès et la catastrophe sont l'avers et le revers d'une même médaille.

Hannah Arendt

Cliquer pour agrandir l'image...

Longtemps, le monde du Progrès s'est couché de bonne heure. Le XIXe siècle semblait devoir faire irrésistiblement du Savoir et de la Technique les vecteurs du progrès social et les alliés de l'émancipation citoyenne et démocratique. En fait, ils n'avaient en rien jugulé l'appétit prédateur et les pulsions destructrices qui travaillent l'humanité.

Le XIXe siècle portait déjà cette ambivalence, qui voyait naître, tour à tour et simultanément des avancées juridiques, politiques, sociales, soutenant la construction de l'humain dans l'Homme, et les prémisses des désastres à venir d'inhumanité inouïe.

« C'est en Allemagne que se produisit l'explosion de tout ce qui était en train de se développer dans tout le monde occidental sous la forme d'une crise de l'esprit, de la foi » observa au sortir de la Seconde Guerre mondiale le philosophe Karl Jaspers.

Il faudrait peut-être constater avec le théoricien de l'École de Francfort, Max Horkheimer, que « si les hommes ne deviennent pas meilleurs avec l'accroissement des facultés apporté par le Savoir, signifie alors qu'ils deviennent pires. »

Gérard Rabinovitch, philosophe et sociologue, chercheur au CNRS

PrécédentPrécédentSuivantSuivant
AccueilAccueilImprimerImprimerRéalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)