Les enfants dans la Shoah

Introduction

Une direction unique établie dès l'origine : la destruction des Juifs. Le scénario « germinal » était inscrit dès 1925 dans Mein Kampf. Lorsqu'Hitler avançait que la défaite des armées allemandes lors de la Première Guerre mondiale, pouvait être évitée, « en gazant plusieurs milliers de Juifs ».

Un processus inexorable : isolement des Juifs, au moyen de mesures successives de séparation et d'exclusion sociale (boycotts, interdictions professionnelles, retraits de droits civils), de rackets et d'expropriations concomitantes (Allemagne 1933-1939, Italie 1938, France, Hollande 1940-1941, etc.). Mesures de marquages (étoiles jaunes, sur la poitrine ou dans le dos : Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas ; brassards : Pologne, Croatie), d'interdictions de déplacement. Mesures de regroupements et d'enfermements (plus de quatre cents ghettos dans l'Europe du Nord et Centrale).

Pour aboutir aux assassinats : famines organisées dans les ghettos, massacres « sur place » (pogroms, opérations Einsatzgruppen), déportations homicides, et anéantissement dans les camps d'extermination (Chelmno, Treblinka, Belzec, Sobibor, Auschwitz-Birkenau, Jasenovac).

Une dynamique de meurtres opportuniste et pragmatique : de l'ouest à l'est de l'Europe, les mesures de séparation et d'isolement demeurent hétéroclites et les « séquences » de l'extermination s'enchaînent, s'enchevêtrent, se chevauchent, au gré des opportunités régionales, des situations locales, et aux contraintes des contingences « organisationnelles ».

Unies dans un même but, elles coexistent de façon disparate dans un même temps. Tandis qu'en France vient d'être promulgué le second « Statut des Juifs » (juin 1941), dans les territoires de l'Est, les Einsatzgruppen procèdent déjà aux massacres de masse des populations juives. Tandis que le premier convoi de France vers Auschwitz part en juillet 1942, à la même époque que celle des Juifs de Varsovie vers Treblinka, la déportation des Juifs de Hongrie commence en mai 1944.

Le recours aux autorités locales n'est pas qu'instrumental : « Les peuples qui livrent leurs Juifs abandonnent avec eux leur façon de vivre déterminée par le faux idéal enjuivé de liberté qu'ils avaient auparavant » déclarait le docteur Bost, chef SS, en juillet 1942.

Collection particulière

En France, le port de l'étoile jaune était obligatoire à partir de 6 ans.

PrécédentPrécédentSuivantSuivant
AccueilAccueilImprimerImprimerRéalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)